Les USA ont tout ce qu’il faut pour prévaloir mais, relativement, ils pèsent moins

Les dépenses d’armement des USA impressionnent mais, par rapport au reste du monde, elles baissent (80% en 1949, 65% en 1959, 62% en 1969, 38% en 1979, 35% en 1989, 39% en 1999, avec un pic à 44% en 2002-2006, et 36% en 2017) alors que, depuis 30 ans, leur part dans la production (ou la captation) de richesses stationne aux alentours de 25%

Pour les dépenses d’armement (en USD constants), la source est la Military Expenditure Database du SIPRI.
Pour le GDP (le Produit Intérieur Brut), les chiffres proviennent du Global Economic Monitor de la Banque mondiale.

Bref, les chiffres le confirment : le monde est devenu multipolaire.

Cela se voit notamment sur le Global Fire Power Index de 2018, un indicateur qui, en intégrant et pondérant 55 facteurs complémentaires, prétend classer les nations en fonction des ressources dont elles disposent pour soutenir une guerre.

La limite est à zéro (parfaite invulnérabilité) et l’indicateur croit à proportion de la faiblesse relative du pays concerné.

Dans la liste ci-contre des 30 nations militairement les plus puissantes, on voit nettement se détacher les Etats-Unis, la Russie et la Chine (aux alentours de 0.08), suivis à distance par l’Inde (0.14) puis par la France et le Royaume Uni en tandem (0.19) avec, à proximité (aux alentours de 0.2), la Corée du Sud, le Japon, la Turquie, etc.

S’il est demain une « grande guerre », elle impliquera plusieurs de ces pays.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Auteur : Pierre Nicolas

Polygraphe (essai de philosophie politique, romans historiques, blog) après avoir été psychothérapeute, consultant, dirigeant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.