Les Amis de la Paix 2 – L’arbitrage international

Au Congrès parisien des Amis de la Paix Universelle, en 1849, on s’est fort convaincu de la nécessité de mettre en place un arbitrage international.

C’est une idée ancienne dont on sait la fragilité, au moins depuis la guerre de Troie.
Tous les chefs de Grèce ayant brigué la main d’Hélène, "la plus belle femme du monde", au lieu  de s’entre-tuer, suivirent l’avis d’Ulysse. Devant Tyndare, le père de la promise, ils prêtèrent serment d'agir en alliés de celui qui l’aurait finalement pour épouse. Ce fut Ménélas, roi de Sparte, rude guerrier s’il en est : Homère l’appelle « l’aimé d’Arès » (ἀρηίφιλος Μενέλαος / arêíphilos Menélaos) et aussi « l’irréprochable » (Μενέλαος ἀμύμων / Menélaos amúmôn). Bref, Ménélas, homme de devoir, distrayait peu sa femme.
Une absence aidant, Pâris y vit une occasion. Il enleva l'épouse et une part des trésors, il s’ensuivra cette belle opération de justice internationale que l’Iliade nous conte. Ce fut un beau succès : Ménélas rentrera dans ses droits. Troie détruite et pillée, Pâris blessé puis décédé, Hélène récupérée, ce dur soldat finira sa vie chez lui, entre sa femme et ses trésors.

Méfions-nous donc des arbitrages et des traités de paix : celui d’Ulysse (« le serment de Tyndare ») a engendré la guerre de Troie.

Continuer la lecture de « Les Amis de la Paix 2 – L’arbitrage international »

Le Grand Dessein d’Henri IV

Si la guerre est affaire d’État, la paix l’est également. Mais cette paix, comment la faire alors, si ce n’est par la guerre ?
Ce paradoxe est illustré par le Grand Dessein d’Henri IV, tel que nous le rapporte Sully au dernier Livre (XXX) de ses Mémoires.

On y découvre qu’Henri-le-Grand « voulait rendre la France éternellement heureuse ; et comme elle ne peut goûter cette parfaite félicité, qu’en un sens toute l’Europe ne la partage avec elle, c’était le bien de toute la Chrétienté qu’il voulait faire, et d’une manière si solide, que rien à l’avenir ne fut capable d’en ébranler les fondements ».

Beau projet mais, pour y parvenir, le bon roi imaginait de coaliser les armées de toute l’Europe (270 000 hommes d’infanterie, 50 000 de cavalerie, 100 canons, et 120 vaisseaux ou galères) contre la maison d’Autriche, le grand-duc de Moscovie et le sultan de Turquie ! Continuer la lecture de « Le Grand Dessein d’Henri IV »

Les Amis de la Paix 1 – Le congrès de Paris en 1849

Ayant mis en ligne, hier, le discours introductif de Victor Hugo au Congrès des « Amis de la Paix universelle » qui s’est réuni à Paris en 1849, j’ai voulu en savoir davantage. J’ai alors trouvé, sur Gallica comme il se doit, les actes de la réunion. Ils valent d’être lus. Chacun peut le faire à partir du lien ci-dessus. Il m’a cependant semblé utile d’en faire d’abondants extraits numérisés, ce qui facilitera pour tous la lecture et la consultation.
Les idées exprimées ici le sont avec une grande clarté, avec éloquence souvent et dans des circonstances historiques précises qui nous sont aujourd’hui transparentes. Les interventions rapportées n’en sont que plus touchantes et d’une actualité surprenante. Quelques 170 ans après, on ne sait s’il faut s’étonner davantage du temps qu’il a fallu pour les mettre en œuvre ? du fait qu’elles l’aient toutes été ? de ce que chacune ait eu des effets pervers et qu’aucune n’ait pleinement remplie sa mission ?
C’est dire que nous n’avons pas avancé, et que ces hommes d’avant-hier sont toujours nos frères. Redécouvrir leur pensée, c’est donc aussi mieux comprendre la nôtre… et ses limites.

Dans cette première livraison, on trouvera la synthèse proposée par Joseph Garnier, le secrétaire du Congrès. Elle a le grand mérite de faire l’historique du « mouvement en faveur de la paix » d’où procède le Congrès de 1849. On y trouve l’essentiel des idées débattues, ainsi qu’un précieux rappel historique.

Joseph Garnier (1813-1881) fut un économiste influent, cofondateur en 1842 de la Société d’Économie politique. Ami de Richard Cobden, il milite pour le libre-échange.

Continuer la lecture de « Les Amis de la Paix 1 – Le congrès de Paris en 1849 »

La nouvelle Marianne ?

Elle ne porte pas le bonnet phrygien, mais ne personnifie-t-elle pas la devise républicaine : « Liberté, Égalité, Fraternité » ? Cette jolie jeune fille était hier, dans les jardins de l’Élysée, dans la cohorte des Clubs de foot invités au Palais.

Joyeuse célébration…
de la France inclusive et de la vie associative,
du vierge, du vivace et du bel aujourd’hui…

Bien des espoirs sont en lui
et cette grande question venue d’hier et d’avant-hier :
ce vierge, ce vivace et ce bel aujourd’hui
va-t-il nous déchirer avec un coup d’aile ivre ? Continuer la lecture de « La nouvelle Marianne ? »

50 ans après Mai 68, Badiou fait le bilan

Mai 68 fait image en France, donc jalon. Pour les enfants du « baby boom« , ce fut, en politique, la fête initiatique.
Je suis l’un d’eux : avant, j’étais seul ; après, je fus dans le monde avec, souvent, des envies de retrait.
Le cinquantenaire de ce Mai a maintenant passé, comme les cinquante ans de contemporanéité qu’il signe avec ceux que le moment lançait, eux aussi, dans l’arène ou la marge.
Le philosophe Alain Badiou fut l’un d’eux, qu’on côtoya sans le vouloir, impérieuse occasion de questions à travailler, Continuer la lecture de « 50 ans après Mai 68, Badiou fait le bilan »

Jamais un scandale n’abolit l’esclavage (Rome 326 av. J.-C.)

Mohamed Bouazizi

On se souvient de Mohamed Bouazizi, ce jeune vendeur tunisien dont l’immolation en 2010 parut déclencher le printemps arabe.
Nous savons aujourd’hui la part de mythe qui s’est logée dans cette histoire et c’est pour elle qu’on la raconte encore. Pour protéger, non « la révolution » mais les acquis : le nouvel « ordre » et surtout les désordres dont il est l’alibi.

Les victimes innocentes, ordinairement on les oublie.
Il n’y a donc pas de scandale innocent.
Ceux qui changent l’ordre établi sont orchestrés par de grands intérêts.

Ce mécanisme est de toujours. Continuer la lecture de « Jamais un scandale n’abolit l’esclavage (Rome 326 av. J.-C.) »

Abolition des dettes fiscales (Rome 119)

Dette - Hadrien 119

Ce sesterce de 119 à l’effigie de l’empereur Hadrien (117-138) célèbre la décision qu’il prit à son avènement d’abolir les « reliqua vetera », le registre des dettes que les citoyens romains avaient accumulées pendant les 16 années précédentes.
Le revers de cette pièce montre trois citoyens acclamant la destruction par le feu des rouleaux de compte ; sa légende précise que la somme était énorme :  9000 sesterces.

Hadrien se montrait ainsi plus démagogue et tacticien que généreux : il obtenait le soutien du peuple par un geste que nul ne pourrait répéter avant longtemps.
Il était d’ailleurs plus spectaculaire  que coûteux : la somme obtenue l’avait été par le jeu des intérêts cumulés. Trajan, toujours à guerroyer, avait laissé ces dettes courir au delà du raisonnable. Elles ne seraient jamais remboursées et, si le total frappait les esprits, le principal (la perte effective) était bien moindre. En outre, l’avènement d’Hadrien lui donnait les moyens de renflouer le Trésor public. Moyens violents, certes, mais chirurgicalement nécessaires : Hadrien manquait de légitimité. Continuer la lecture de « Abolition des dettes fiscales (Rome 119) »

Circulaire du Comte Mouravieff (12/24 août 1898)

Le Comte MOURAVIEFF, Ministre des Affaires étrangères de Russie,
aux Représentants des Puissances accrédités à Saint-Pétersbourg.

Saint-Pétersbourg, 12/24 août 1898.

Le maintien de la paix générale et une réduction possible des armements excessifs qui pèsent sur toutes les nations se présentent, dans la situation actuelle du monde entier, comme l’idéal auquel devraient tendre les efforts de tous les Gouvernements.
Les vues humanitaires et magnanimes de Sa Majesté l’Empereur, mon Auguste Maître, y sont entièrement acquises. Continuer la lecture de « Circulaire du Comte Mouravieff (12/24 août 1898) »

Esclavage pour dette (Égypte 592 av. J.-C.)

Assiette exposée au Musée du Louvre, accompagnée de la notice que voici :

Contrat d’engagement pour dette, en démotique
592 av. J.-C. (an 4 de Psammétique II, 26° dynastie)
B
ol en terre cuite

«… Je suis satisfaite de l’argent pour lequel je deviens ta servante. Je suis ta servante… Je ne pourrai plus me considérer comme une personne privée indépendante vis-à-vis de toi, jusqu’à ce que je t’aie remboursé tout argent, tout grain, toute autre chose au monde, avec les enfants qui naîtront de moi, avec tout ce qui m’appartient et tout ce que je vais produire, avec les vêtements que je porte sur le dos… »
(traduction d’après B Menu.)

Continuer la lecture de « Esclavage pour dette (Égypte 592 av. J.-C.) »