L’ostracisme, un vice démocratique

L’ostracisme est aujourd’hui manifeste un peu partout. Dans les vieilles « démocraties », il choque plus qu’ailleurs parce qu’on l’y croit contraire aux valeurs fondatrices.
C’est faux.

Pour deux raisons…
La première est que les « démocraties » existantes sont d’abord des « républiques aristocratiques », c’est-à-dire des territoires, des ressources et des populations sous la gouverne d’une « élite » auto-instituée vouée à la préservation de ses intérêts collectifs.
La seconde est que cette élite contrôle la « Cité » en s’alliant « le peuple » au nom duquel, « démocratiquement », elle gouverne. Encore faut-il donner à ce peuple cette apparence de souveraineté qui permet, au « great American people » par exemple (insister sur « great »), d’en déléguer l’exercice à l’élite qui prétend le représenter.  Les procédures électorales et le dispositif constitutionnel sont ici doublés d’une coalescence entre un petit nombre de « dirigeants charismatiques » et « la foule ». Celle-ci, manipulable et méprisée, crainte et souvent misérable, ne tient comme « peuple » (remplissant sa fonction conservatrice) qu’à condition de réactiver périodiquement la distinction nous vs eux qui la fait consister, malgré sa diversité objective et ses dissensions internes.

Fragile alliance donc qu’un échec ou une crise suffisent à mettre en cause. D’où la nécessité où se trouvent les gouvernants insécures de se doter d’une politique d’ostracisme externe (l’ennemi, héréditaire ou cisconstanciel) et interne (les « moins que rien » qui tirent de la Cité des avantages indus). Continuer la lecture de « L’ostracisme, un vice démocratique »

Aventurer l’avenir

1. Nos dieux sont des avatars des bêtes de proie et, contrairement aux apparences, nous ne nous sommes pas encore libérés de la problématique du sacrifice humain.

2. Nos civilisations, nées de la guerre, continuent de la promouvoir.
L’adage « Qui veut la paix prépare la guerre » est mensonger. Il cache la vérité contraire au cœur même de l’idée de civilisation : « Qui veut la victoire se dote de l’arme absolue, qui est la paix civile nécessaire aux combats ».

3. Le besoin de coexistence étant devenu planétaire, nous ne saurions éviter la destruction mutuelle en faisant plus de la même chose.

4. Il faut donc faire autrement :
– nous remettre, religieusement, à l’écoute des processus continus de révélation ;
– intensifier, laïquement, les processus de négociation nécessaires à l’invention des moyens de vivre ensemble ;
– réévaluer les données (culturelles, philosophiques, psychologiques, morales et politiques, techniques…) qui fondent nos existences.

5. La route à prendre se déduit du but à atteindre (vivre ensemble sans destruction mutuelle) autant que de la situation présente (de féroce compétition sous les apparences de l’échange).

6. Chacun, pour l’essentiel, est encore pris dans « sa logique » : le système de ce qu’il croit être les conditions de sa survie et de sa pleine existence.
Tel est le point de départ.

7. L’approche à développer est donc « métalogique ». Il s’agit de sortir de « sa » logique pour imaginer le système dont elle fait partie et en déduire d’autres modes d’action.

8. Elle ne saurait dire l’ordre du monde vers lequel nous allons, ou devrions aller : tout énoncé de cet ordre avantagerait certains au détriment des autres. Il ne pourrait donc rallier…
– ni les politiques (ils luttent entre eux pour obtenir des places),
– ni les religieux (l’ultime appartient à Dieu),
– ni les philosophes (ils y reconnaitraient immédiatement un paradoxe).

9. Mais elle cherche les idées et les moyens qui peuvent conduire chacun vers des façons d’agir et de penser qui ne soient pas incompatibles avec celles d’autrui.

10. La destruction mutuelle étant la pierre de touche de l’approche métalogique, celle-ci se veut respectueuse du passé, celui de chacun, et donc celui de tous.
Au nom de son objectif de coexistence, elle invite néanmoins chaque communauté à réexaminer son histoire pour y découvrir ce qu’elle comporte d’inaperçu par elle-même et de possible pour tous.

11. Nos civilisations vivent de la guerre perpétuelle sous prétexte de tendre à la paix perpétuelle, celle qui leur permettra, enfin et pour toujours, d’« avoir la paix ». Mais cette « paix » que l’on voudrait « avoir » ne convient jamais qu’à celui qui la rêve.

12. Les vieux rêves sont infantiles. Ainsi en est-il des rêves de paix qui nous ont dressés les uns contre les autres sous prétexte de rétablir nos droits.
Quoi de plus vain…
– que la beauté d’Hélène si elle nous vaut la guerre de Troie ?
– que le tombeau du Christ s’il légitime les croisades ?
– que la pratique de la vraie foi si elle entraîne les guerres de religion ?
– que l’abolition des privilèges si, après les guerres de la Révolution et de l’Empire, elle n’ouvre qu’à la lutte des classes ?
– que la notion d’espace vital si, pour la mettre en œuvre, il faut deux guerres mondiales, le conflit israélo-palestinien et la guerre froide ?

13. Rêves infantiles… La preuve ?
Ce sont toujours des rêves de liberté.
Pour soi, évidemment. Pas pour autrui.
Si nous voulons échapper à la guerre perpétuelle, il va nous falloir aussi renoncer à nos rêves de paix.

13. De grandes œuvres, des mots et des pratiques… les tracent dans nos cultures, en filigrane.
Pour dépasser la guerre, et le rempart de paix rêvée derrière lequel s’abritent nos civilisations, il va falloir aventurer l’avenir au delà de l’idée même de civilisation.

Première publication : 18 juillet 2012

Lire aussi…
Dépasser les conflits inutiles