Graphistes de tous les pays, unissez-vous !

Etant des visuels, vous pensez en images. Que voyez-vous dans cette mise en parallèle ?
Cela ressemble au jeu des sept erreurs mais il y en a plus et c’est plus.
Votre art est important. Il marque les esprits et, uni à l’évènement, il arrive qu’il pénètre en profondeur dans les comportements…


Pensez à l’affaissement piriforme de Louis-Philippe vu par Daumier.

Plus que des caricatures ou des graffitis, ce sont des faits qu’il y a là, des « grafaits » en quelque sorte (ce qui donne en anglais des « grafacts »), des créations graphiques constitutives des faits qui les répandent.

Un “grafait”, il vient de s’en produire un fameux dont Donald Trump a été la cible, la réinterprétation par « One Term Donnie » du sceau du POTUS (President Of The United States) quand il s’applique au 45ème, c’est-à-dire Donald Trump.

Voici d’abord le sceau standard qu’on montre d’ordinaire…

Et voici le sceau plus révélateur qui nous a été découvert par « One Term Donnie »…

L’aigle traditionnelle américaine (un pygargue à tête blanche) est désormais bicéphale, comme la russe, pour marquer la protection dont cette présidence bénéficie.
Avec pour devise « « 45 es un titere », soit en espagnol « le 45ème président est une marionnette », elle est armée de dollars à dextre et de clubs de golf à senestre.
Quant à sa fonction dans la conduite des affaires, elle est définie par le brochant d’azur sur le drapeau. Il était vide, comme on l’a toujours su. Il a désormais un contenu : cinq emblèmes d’argent communiste (la faucille croisant le marteau).
N’en escomptons rien de bon : les treize nuages blancs qu’éclairaient hier la gloire présidentielle sont devenus gris et peut-être noirs si cela se prolonge…

Cette « révélation » s’est faite comme il se doit à l’occasion d’une « grand-messe ».
Elle était organisée par « Turning Point », une « organisation étudiante non lucrative », dans l’esprit des fondations « philanthropiques » (pour bénéficier de l’exemption fiscale) à vocation partisane.
Trouvant son inspiration dans le slogan « Big Government Sucks », elle est financée par la cohorte d’oligarques qui a pris le contrôle de ce qu’on appelait autrefois « le parti républicain ». Lors de la présidentielle de 2016, Turning Point s’est rallié à Trump après avoir soutenu Ted Cruz et Marco Rubio.

Comme l’indiquent son nom et son logo, la vocation de Turning Point est de préparer le changement. Ses orientations sont banalement celles de la mouvance oligarchique (moins de contraintes législatives, moins d’impôts, des armes à volonté, retour à la femme traditionnelle, rêve américain, constante invocation de l’alliance entre Dieu et ce grand pays, etc.) mais, comme le mouvement Turning Point est essentiellement composé d’étudiants, il leur est attribué une mission spécifique :  fliquer et dénoncer les profs de gauche.

Comme dit “le Donald” (« Donnie » pour les intimes), il ne s’agit de rien moins que de « sauver les USA ».

La merveille est que Donald Trump soit intervenu au deuxième jour du Teen Student Action Summit 2019, organisé à Washington par Turning Point USA du 22 au 25 juillet.

Sous les hurlements de ses fans, une vidéo sensationnelle illustrait ses propos.

Après une ronde d’images qui défiait l’analyse (mais n’est-ce pas l’esprit de ce genre de séances ?) et dans une transition portée par une musique énervée, on annonça le président et, dans le cliquetis des smartphones tendus pour fixer l’événement, celui-ci s’avança en silhouette sur fond de sceau présidentiel…

Oui, mais pas le bon, à ceci près que, sur le moment, nul ne songeait à vérifier l’image.

Les étudiants de Turning Point USA fliquent et dénoncent leurs profs. Fort bien mais, eux, qui les surveille ?
Or un petit malin avait introduit dans la vidéo le sceau rectifié de « One Term Donnie ».

Il est désormais pleinement « endossé » par Donald Trump…

Et le voici célèbre dans le monde entier.

Il y en a un au moins qui va perdre sa position. Espérons que ce soit le bon, celui que vise obstinément One Term Donnie, notre graphiste de combat, puisqu’il décline à cet effet toute une gamme de produits.
Par exemple…

Ou encore…

Alors, graphistes de tous les pays, voyez votre puissance et unissez-vous !
Le PRIX GRAFAIT pour le premier semestre 2019 est décerné, c’est vrai mais, pensez à l’élection de Boris Johnson : le second semestre 2019 s’annonce à hauteur du premier !

____

Note pour ceux que l’idée de “grafaits” ou “grafacts” peut amuser

Chaque « grafait » est une structure réflexive, une « performance » autogénératrice.

Son rôle dans la communication digitale équivaut à celui de l’icône dans la prière :
Il est ce qu’Il dit.

Avec lui, chacun sait…
– Qui parle en majesté,
– ce qu’il est pour Lui
– et ce qui lui reste à faire.

Un véritable grafait se signale par une présence miraculeuse : 1 590 000 résultats pour celui dont nous allons traiter, deux jours à peine après son apparition (chiffre relevé ce jour en 0,41 secondes dans l’Evangile selon Google.

Print Friendly, PDF & Email
Please follow and like us:
error

Auteur : Pierre Nicolas

Polygraphe (essai de philosophie politique, romans historiques, blog) après avoir été psychothérapeute, consultant, dirigeant.