As a pacifist surrounded by bloodthirsty sheep

As a pacifist surrounded by bloodthirsty sheep, I am perceived as a black sheep: a traitor to the perpetual crusade against eternal evil.

Traitor, indeed, I am…

I state that, politically, we are no more enlightened than were the medieval physicians. The remedies we use are ineffective, and when we obtain results, it is because they aggravate the disease.

We should stop there, but since we observe a change, we persist: we have to maintain the doctrine, one bloodletting is not enough, we have to do more.
This stops with the death of the patient, of course unwanted by the « doctors ». The cause therefore comes from elsewhere, no doubt from the faults of the deceased, sanctioned by the judgement of God.

Is this caricature of our political systems relevant?

I think so.
It leads me to question the tools (institutions and ideas) we have at our disposal.
We have already experienced similar situations of great uncertainty.

Continuer la lecture de « As a pacifist surrounded by bloodthirsty sheep »

Beyond warmongering dichotomies

The attached article « The Enemy Paradox » by Scott Remer summarises the perverse effects of the dichotomy between « friends » and « enemies ».
It has the great quality of listing and clearly stating the reasons why, globally, we are at an impasse.
Unfortunately the author stops at the door of the only solution he envisages: the establishment of a world government.

However, it is impractical, for two reasons…

Continuer la lecture de « Beyond warmongering dichotomies »

Objection de conscience, un droit européen ?

Pas partout !

Voici, au 27 mai 2021, les pays qui s’y opposent…

Quant à ceux qui déclarent respecter ce droit, le font-ils pleinement et sans hypocrisie ?

J’ai des doutes.

Ce n’est là qu’une des contradictions de nos prétentions à la paix.

For the climate, let time be our ally

For quite a while, I neglected climate issues. They remained in the background of my concerns. So I was only sympathetically curious about Vandana Shiva. The wave of criticism poured on her following the battles she led easily dissuaded me from examining further the positions she took.

I was wrong…

Only now have I read the report « Gates Ag One: The Recolonisation Of Agriculture » (February 2020) which she authored at Navdanya International.

I was dazzled by her argument against « Gates Ag One«  (« The Bill & Melinda Gates Agricultural Innovations LLC« ), the agricultural arm of the Gates Foundation.

It is very clear, well researched, well thought out and politically significant.

Political ecology is at the heart of the changes that need to be made in our ways of thinking and acting. For those who are still wondering, I urge you to read this important « manifesto« .

Here are some key ideas…

Continuer la lecture de « For the climate, let time be our ally »

Disciples des vérités révélées par l’image

Le bel article de Michel Lussault ci-après (voir au bas de cette page) me rappelle, qu’avec toute ma génération, je suis le disciple des vérités révélées par l’image et, dans ma pensée, particulièrement de celles qui furent révélées par l’exploration spatiale.

Je me souviens encore du choc donné par les premiers « selfies » de l’humanité, ceux que la NASA nous a donné aux environs de 1968.

J’avais 22 ans…

De jour, j’allais dans les rues et j’étais (on me le disait depuis l’enfance) « dans la Lune« .
Le soir jusqu’à fort avant dans la nuit (c’était un temps où Dutronc chantait « Il est cinq heures, Paris s’éveille« ), quand la ville dormait, je digérais mes émotions en composant des collages comme ceux-ci…

J’ai du premier (ci-après) une mémoire vive…

Pierre Nicolas. Collage réalisé en 1968 (reconstitution)

Je revins deux ans plus tard sur le même étonnement « lunaire » (quel jeu avais-je tiré ?) pour y mettre en panoptique mon témoignage sur l’époque et mes préoccupations du moment…

Continuer la lecture de « Disciples des vérités révélées par l’image »

La dette, trace dénaturée des réciprocités intimes

Depuis l’Antiquité, nous devrions savoir que la notion de « dette », comme tant d’autres, est caduque dès qu’on l’étend au-delà de l’instant et du proche. Pourtant, la tentation est grande de la projeter au-delà des réciprocités immédiates dont elle est une composante essentielle.
Pauvres et personnes éduquées sont bien conscients des perversités d’une telle extension, mais ils résistent « naïvement » à l’idée d’en nier le principe : il faut payer ses dettes.

Pourquoi ce principe est-il « naïf » ?

Parce que nous anticipons l’inconnu en y projetant du connu et que, pour décrypter les ignorances qui nous inquiètent, nous bricolons des hypothèses à partir de l’expérience acquise.
On ne saurait faire autrement mais voici le problème : si elles échouent, nous faisons de notre mieux pour les maintenir au prix de corrections qui en préservent l’essentiel.

Cet « essentiel », quel est-il ?

Continuer la lecture de « La dette, trace dénaturée des réciprocités intimes »

Donne à chacun sa part…

Ballade de Boulat Okoudjava, interprétée par Régina Spektor.

À mes correspondants russophones, quelle que soit la nationalité dont on les affuble aujourd’hui et au nom de laquelle on les combat…

Chers tous,

Pour une fois dans votre langue, je découvre cette complainte de Boulat Okoudjava, que vous connaissez sûrement : elle existe sur Internet depuis au moins sept ans. Elle m’avait déjà été relayée dans le passé, à un moment où je n’avais pas pris le temps de m’y arrêter. [Merci à Pierre Cohen-Bacrie de me l’avoir redécouverte aujourd’hui].

Par la même occasion, je découvre l’existence de ce Boulat Okoudjava dont le douloureux et intelligent parcours me touche, et dont on me dit qu’il fut l’un des inspirateurs de Vladimir Vyssotski, le seul « barde » russe dont je connaisse déjà l’existence par le biais de la belle Marina Vlady.

L’original chanté par Boulat Okoudjava (mort en 1997, il l’avait sans doute enregistré en 1967 dans les studios du Chant du Monde) me prend moins que la version ci-dessus interprétée par Régina Spektor.

J’y entends bien sûr toutes les misères du monde, à commencer par celles de l’ensemble russe, puis soviétique, ensuite « perestroïké » et désormais « poutinisé », soit tout l’Est européen, Ukraine comprise.

Continuer la lecture de « Donne à chacun sa part… »

Szafran à l’Orangerie, une expérience d’enfermement

Sam Szafran, cet homme menacé dans son enfance par la persécution nazie,
puis par la misère…
a trouvé spirituellement et socialement son salut dans l’art et les fraternisations du Montparnasse d’après-guerre.

Peut-être aurait-il aimé la liberté ?
Elle était hors de portée.
Il choisit donc…
la discipline des enfermements consentis, infiniment décrits et finalement aimés…

Continuer la lecture de « Szafran à l’Orangerie, une expérience d’enfermement »

Démanteler les géants

[English below]

Sous le lien suivant, l’estimable Robert Reich montre que, face à des fauteurs de troubles comme Kanye West, Donald Trump et quelques autres, le public ne peut compter…

  • sur les géants médiatiques pour être socialement responsables,
  • pas plus que sur le droit (tranché aux USA par la Cour suprême) qui ne peut traiter ces géants que comme des gestionnaires de flux chargés d’un service public analogue aux autoroutes, donc non responsables de ce que leurs usagers font circuler ou des accidents qu’ils produisent,
  • et pas non plus sur l’appareil politique lui-même (gouvernement et élus) qui, toujours insécure et divisé, dépend de l’argent et des médias.

La boucle est bouclée. Le pouvoir détenu par les géants du numérique est incompatible avec les besoins de la société.
La seule solution est de réactiver les lois anti-trust et de briser ces géants.

Aussi forte qu’elle paraisse, cette argumentation a deux faiblesses…

Continuer la lecture de « Démanteler les géants »

Qui pense ? Le brave vieux « moi », croyez-vous ?

« En ce qui concerne la superstition du logicien, je ne me lasserai pas de souligner un petit fait bref que ces superstitieux répugnent à avouer, à savoir qu’une pensée vient quand elle veut, et non pas quand « je » veux ; c’est donc falsifier les faits que de dire : le sujet « je » est la condition du prédicat « pense ».

Continuer la lecture de « Qui pense ? Le brave vieux « moi », croyez-vous ? »

Ukraine – Jeux pervers

Sous la présidence d’Emmanuel Macron, et cette malencontreuse présidence de l’Union européenne dont il n’a su s’abstenir [1], nous voici embarqués dans un jeu débile pour adolescents risque-tout.

[1] La proximité des élections présidentielles françaises l’y invitait. Cette décision prise, la guerre changea la donne. Requis de parler pour toute l’Europe qui est l’otage des États-Unis, il a été empêché de parler spécifiquement pour la France.

Oublieux de notre propre fragilité, nous avons déclaré une guerre économique dont nous sortirons par des faillites en cascade et des vies ruinées bien au-delà de ce qui s’est passé en 2008.

Ensuite, renouvelant les enchevêtrements d’alliance qui ont conduit aux deux guerres mondiales, nous sommes devenus de fait des co-belligérants. Avec de l’aide humanitaire et des livraisons d’armes à l’Ukraine, sous prétexte d’aider sa courageuse résistance, nous prolongeons le supplice de ce pays déjà pauvre et déchiré avant cette guerre. Il n’en restera demain que des ruines.

« Bon calcul, diront les cyniques, pourvu que ça reste chez eux ! ».

Ainsi pensons-nous « à l’Ouest », surtout si c’est outre-Atlantique.

Continuer la lecture de « Ukraine – Jeux pervers »

Au delà du dépassement des conflits

Les histoires intéressantes ou importantes portent toutes sur le dépassement d’un conflit ou d’une opposition qui, pendant l’aventure, devient structurante, créatrice d’« identités ».

Deux lectures recommandées pour approfondir ce thème…

  • Sur la question « Comment des groupes humains se constituent en société ? » : Maurice Godelier. Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie. Albin-Michel 2007. 296 p.
  • Sur la construction d’histoires : Robert McKee. Story. Contenu, structure, genre. Les principes de l’écriture d’un scénario. Dixit Esra. 2009 416 p.

Mais c’est le « et après ? » qui m’importe.

Après, c’est la fin de l’histoire

  • du conte de fées (ils se marièrent, furent heureux et eurent beaucoup d’enfants),
  • de l’ennemi ou de la guerre (victoire décisive, communauté européenne, Francis Fukuyama),
  • ou la réussite (généralement posthume) de l’artiste, du chercheur ou de l’entrepreneur.

Fin de l’histoire, donc du conflit, donc des héros, effacement des personnages, délitement de la famille, de l’entreprise, du peuple.

Continuer la lecture de « Au delà du dépassement des conflits »

Convivialisation et créolisation

Patrick Chamoiseau

Appelons « créolisant » le mouvement lancé par Édouard Glissant (1928-2011) et Patrick Chamoiseau (1953- ), fédéré aujourd’hui dans « L’institut du Tout-Monde ».

Ce qu’ils ont écrit et pensé mérite l’intérêt des Convivialistes et le mien : sur une trajectoire fraternelle, ils ont été et seront encore demain magnifiquement créatifs et sources d’inspiration.

D’où l’intérêt de les mettre en regard…

Continuer la lecture de « Convivialisation et créolisation »

Ne divinisons pas l’humanité, humanisons les hommes

Le concept d’humanité présuppose l’unité des humains alors qu’elle n’est, au mieux, qu’un projet proposé par quelques-uns, très divers et peu conscients de ce que l’idée même a de contradictoire. Dire « humanité », c’est prétendre à des savoirs d’ordre statistique qui tournent le dos à l’homme. Les débats qui naissent de ces calculs n’ont pas de solution rationnelle et il leur manque toujours ce qu’au départ ils ont abstrait.

Deux solutions alors :
– abandonner la prémisse (notion d’humanité), ce que je recommande,
– ou en faire un argument d’autorité (par exemple en posant que celui qui refuse la notion d’humanité devrait être immédiatement dénoncé comme allant vers l’inhumain), un dogme dont on ne peut en toute rigueur déduire que des mesures totalitaires (gouvernement mondial par exemple).

Continuer la lecture de « Ne divinisons pas l’humanité, humanisons les hommes »

Les malheurs alentour et le grand désarroi

Pourquoi innove-t-on ? Pour franchir un obstacle, surmonter une crise. Ce qui ne va pas dans le présent nous force à chercher des solutions correctrices, à imaginer et mettre en œuvre ce qu’on croit être des changements souhaitables.

Ce ne sont donc pas les beautés de l’avenir envisagé qui nous inspirent, ce sont les souffrances, les frustrations et les craintes suscitées par le chaos présent. Ainsi errons-nous dans l’histoire, aventurant des options que personne n’a tentées avant nous, mais cette histoire que nous faisons, personne ne la connaît, nul ne sait ce qu’il en sortira. Elle se fait par nous et en nous, initiée par nous mais sans rien de notre part qui ressemble à un consentement éclairé.

Continuer la lecture de « Les malheurs alentour et le grand désarroi »

Michel Laurent Dioptaz (l’ami Laurent)

22 ans

[Ma déclaration lors de ses obsèques, le 16 juillet 2013]

Il y a d’abord le bel homme, le bon géant aux larges épaules, le Laurent que j’ai découvert il y a 45 ans ‐ nous avions à peu près 22 ans l’un et l’autre ‐ « Laurent » puisque c’est ainsi qu’il s’était présenté et que je l’ai toujours appelé : Michel Laurent Dioptaz.
D’autres l’ont connu différemment.
Je vous parlerai, moi, de Laurent dans le souffle de la parole puisque je suis un homme de langage et qu’il était un bavard intarissable (moi aussi), ce Laurent que j’ai aimé, vif‐esprit, très inventif et toujours aimable.

Continuer la lecture de « Michel Laurent Dioptaz (l’ami Laurent) »

Il y a de la dystopie dans l’air

En Chine, comme ailleurs dont la France, la majorité de nos populations entre en mode survie, cela change nos cultures. Avec le virus et la déflation, il y a de la dystopie dans l’air.

Voyez cet excellent reportage de Bloomberg sur la façon dont les habitants de Wuhan s’adaptent.

Un voyageur en attente à la gare
Continuer la lecture de « Il y a de la dystopie dans l’air »

Ce que les sachants choisissent d’ignorer

Le présent confinement est l’accident planétaire qui soudain nous confronte à notre ignorance radicale, à ce que les prétentieux savoirs quotidiens choisissent d’ignorer : l’inconnaissance.

J’en ai proposé une première analyse en 1990 dans un ouvrage intitulé :
La Cité de la Parole. Éditions L’ŒUVRIER. 192 p.

L’expérience du confinement est le moment de relire le chapitre correspondant…

Dans le nuage d’inconnaissance

Le danger qu’on apprivoise écarte la folie.

Des rives de la mort à la vie collective,  le vieux Charon seul est humain : pour gagner l’obole des vivants, il faut agir en passeur d’âmes.

Enfants du rêve progressiste, nous bâtissons comme les deux premiers des Trois petits cochons : maison de paille, maison de branches, la vie est belle…
Qui se souvient du loup ?

Mais  les tempêtes,  la mort,  et quelquefois  l’épidémie,  viennent nous  rappeler  qu’il  est  dehors  quelque  chose,  et que  cela  peut frapper fort, jusque dedans, au beau milieu de la tranquillité.

Continuer la lecture de « Ce que les sachants choisissent d’ignorer »

Revenir au réel

(Peintures de Joel Rea)

Amis idéalistes, examinons nos réactions aux désastres annoncés.
Pour nous y opposer, nous écrivons sur le permis et l’interdit, sur les principes à adopter, les règles à mettre en place, les idées à répandre.

Ne voyez-vous pas qu’il est vain de se dresser, vaillant huissier, à la porte de l’ouragan pour lui lire ses droits avant saisie ?

Continuer la lecture de « Revenir au réel »